E la città più importante della Vallesina, territorio che raggruppa circa 20 comuni.
Les formes régulières de ses arbres, de même que, dans la pièce, le grossier tabouret, l'essuie-main suspendu, le chandelier sur létagère, la console éclairée par le rais de lumière tombant du fenestron tout confère des accents quattrocentistes à lœuvre. .
On dit que limpact de la cour pontificale et de la grande officine romaine, où travaillaient les Lombards Bramante, Bramantino et Cesare da Sesto, les Siennois Sodoma et Domenico Beccafumi, Michel-Ange et surtout Raphaël, aux côtés duquel il mxm slot video card dut travailler, bouleversa le talentueux mais renfermé.Treviso (1503) modifica modifica wikitesto, crocifissione di Monte San Giusto monte San Giusto, chiesa di Santa Maria in Telusiano).Madonna e santi, Roma, Galleria Borghese).Al 1508 risale il magnifico polittico di Recanati (Pinacoteca Civica che costituisce il momento conclusivo delle sue esperienze giovanili, e la gia citata.Giovane con copricapo, 1505, sistema calcio scommesse con un errore olio su tavola, 3427 cm, Bergamo, Accademia Carrara Madonna col Bambino e santi, 1506 circa, olio su tela, 80102 cm, Edimburgo, National Gallery of Scotland Busto di donna, circa, olio su tavola, 3628 cm, Digione, Musée des Beaux-Arts Pala di Asolo, 1506, olio.Avec l Assomption du Duomo di Asolo et le Portrait du jeune homme à la lampe, du Kunsthistorisches Museum de Vienne, tous deux datés de 1506, se conclut lexpérience trévisane.Caterina (Accademia, carrara ) e il, ritratto di due sposi madrid, Prado).» Argan Le Saint Nicolas en Gloire, de 1529, premier retable peint à Venise, pour léglise du Carmine, est considéré par Ludovico Dolce, le biographe de Titien, comme étant de médiocre coloris.
Après avoir vendu ses quelques biens, il retourne définitivement en 1549 dans les Marches.
La beauté qui irradie, comme une lumière intérieure, de ses personnages nest pas une beauté naturelle, ni même une beauté spirituelle ou morale, mais simplement la beauté intérieure trahie, plus que révélée, par un regard, un sourire, la pâleur transparente dun visage ou la molle.




La civica raccolta è importantissima per la presenza di cinque opere di Lorenzo Lotto eseguite tra il 1512 e il 1539 per le chiese di San Francesco al monte e San Floriano, tra cui un capolavoro, la famosa pala di Santa Lucia.De retour à Venise, au faîte de la gloire maniériste du Titien, il réalise en 1542 pour léglise de Saint-Jean et Saint-Paul un Saint Antoine faisant laumône : « Le renvoi à Carpaccio est évident.Ainsi, les références aux autres artistes saccumulent : Giovanni Bellini, Alvise Vivarini, Giorgione, Dürer, Raphaël, Léonard de Vinci, Le Corrège, Moretto, Gaudenzio Ferrari, Titien, Giovanni Gerolamo Savoldo Le chemin parcouru à Bergame est peut-être le plus riche didées et de solutions il ne fait aucun doute.A lui è dedicato il Museo al Teatro Persiani.Ainsi, seule la province lui donna sa vraie mesure : les Marches trévisanes à ses débuts, les Préalpes bergamasques dans la phase intermédiaire et peut-être la plus heureuse de sa vie, le littoral et les collines des Marches à plusieurs reprises, jusquà lultime refuge, les cellules.Le Retour dans les Marches Portrait de bijoutier, 15091512, huile sur toile, 80 75 cm, Los Angeles, Paul Getty Museum.Dürer, dai quali apprese il gusto per il dettaglio, l'osservazione realistica e il contenuto spirituale (.
Tornato nelle Marche, denunciò l'influenza delle opere di Raffaello, come dimostrano.
Ils sont des témoignages authentiques et crédibles, même si la description physionomique nest pas plus minutieuse que dans les portraits du Titien.



Transfiguration, 1512, huile sur panneau, cm, Recanati, Museo Civico Villa Coloredo Mels.
Lœuvre austère, exposée au musée napolitain de Capodimonte, par sa plasticité et son sens aigu de la psychologie, trahit des influences antonellienne et nordique, tout en montrant une personnalité stylistique déjà formée.
Sainte Famille avec saint Jérôme et saint Nicolas da Tolentino, 1524, huile sur toile, 94 78 cm, Boston, musée des beaux-arts.